Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 09:40

J'ai interviewé ma grand-mère car elle a vécu la guerre à côté des camps de concentration.

Je lui ai posé des questions. Elle a accepté de témoigner.

 

A la guerre de 39/45 je venais de naître. Mon père a été rappelé sous les drapeaux, ainsi que mon grand père qui avait déja fait celle de 14/18.

 

Dans mon quartier il y avait une école "Jean Jaurès" qui a été occupée par des allemands et leurs prisonniers.

 

La rue où j'habitais était très proche de la gare de Nancy, de ce fait avec les risques de bombardements, j'ai dû quitter ma grand mère et partir avec ma mère à Saint-Dié chez un frère de maman qui avait une chambre à disposition.

 

Le père de maman habitait dans un village au dessus de Saint-Dié, mais sa maison était occupée par les allemands.

 

Mon père et mes deux oncles ont pris le maquis au dessus de Saint-Dié au Col du Haut Jacques, mais comme disait papa, ils n'avaient pas d'armes à dispostion pour se défendre. Ils sont devenus des résistants.

 

Nous avons aussi vécu l'exode. Les allemands ont fait évacuer les habitants de Saint-Dié. Je me souviens que je suis partie avec ma mère et ma tante. Nous avions une vieille charette à bras, où ma mère avait mis le peu qu'elle pouvait conserver et nous sommes parties sur la route. Les allemands ont alors fait sauter les maisons. Nous nous sommes retrouvées dans un petit village qui s'appelait Rohbach où un vieux monsieur a bien voulu nous accueiller.

 

Chez ce monsieur, il y avait des matelas déposés dans la cave, et c'est là que nous dormions.

 

Depuis le village, le soir on entendait les bombardements et on voyait les lumières au loin. Ceci faisait peur.

 

Je me souviens que mon père à été emmené par les allemands pour aller travailler chez eux. Très mauvais souvenir pour lui ainsi que pour ses camarades. Mal nourris, mal traités, au cours de sa vie, quand j'étais plus grande, il parlait très peu de tout ceci.

 

Quand j'habitais Saint-Dié, avant d'être évacuée, lorsqu'un bombardement était annoncé par la sirène, avec ma mère nous partions dans un bois qui se situait derrière les maisons. La nuit était impressionnante.

 

Je me souviens du jour où tout le monde est sorti sur la petite route de Rohbach. Les femmes chantaient, pleuraient, allaient au devant des soldats qui arrivaient. C'était les Américains qui venaient nous libérer.

 

Ensuite je suis revenue chez ma grand mère à NANCY à l'arrière d'un camion, malade mais contente de la retrouver, ainsi que mon grand père, qui lui n'était pas parti en Allemagne, je crois que cela s'appelait de la "défense passive".

 

Encore un mauvais souvenir... à côté de chez nous habitait une famille juive, avec trois enfants dont l'aîné était mon camarade de jeux. Un jour, un enfant est malade, la dame demande à ma grand mère d'aller le garder le temps qu'elle aille à la pharmacie. Pendant ce temps des allemands se présentent chez elle, ma grand mère a eu beaucoup de mal à leur expliquer qu'elle habitait à côté, qu'elle gardait seulement les enfants. Ils ont bien voulu partir, heureusement la dame n'est rentré qu'après, sinon elle aurait été emmenée. C'est ma grand mère qui l'a raconté quand j'étais plus grande.

 

Ensuite mon père a été libéré, il est revenu à NANCY avec nous. Je suis rentrée à l'école maternelle en dernière année, les autres années étaient perdus. La vie a repris son cours, mais il en reste malgré tout un goût amer.

 

Hitler.jpg

Caricature d'Hitler

(http://histgeo.free.fr/)

Partager cet article

Repost 0
Published by NATHAN 6A GUILLAUME 6B - dans Hist-Géo-Educ Civique
commenter cet article

commentaires

Royer 05/02/2013 14:41

Waw ! beaucoup d'histoire !